13/01/2007

L’attente ...

Coupe

 

A souffrir à t’attendre

Je me suis lassé de la sombre obscurité ou j’étais plongé

Blessé par ton silence, j’agonise lentement

Sans toi, je suffoque à présent

Obstination ou déraison

Peut importe puisque dans la mélancolie, je fonds

Ténébreuses pensées et chagrins amers

Puis-je sombrer plus bas que sous terre

Submergé puis englouti par des larmes de désespoir

Mon avenir sinistre et opaque s’obscurcit de drapé noir

Je m’enivre de cette coupe au venin libérateur

Foudroyé par la faucheuse et non sans peur

Je m’éloigne de ce côté obscur et aperçois une lueur

Une autre rive mois funeste, est-ce libérateur ?

-MM-

19:12 Écrit par M.M. dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.