02/04/2005

Union ...

A l'heure ou la rosée flirte avec les premiers rayons du soleil
Ils étaient toujours enlacés pareil que la veille
Leur corps refroidi après une nuit d'intense activité sexuelle
Enchevêtrés, elle agrippée à lui, lui à elle
Dans la pièce, des odeurs se mélangeaient
Il y a quelques heures, à peine, leurs corps se mêlaient
Des soupçons d'essence de vanille et de sueur flottaient
Une union d'âmes s'était figée
Leur chair s'était soudée
Leurs ébats étaient d'une telle intensité
Sans parler, ils savaient ce que voulait dire aimer
Les étreintes les plus torrides les possédaient
Leur substance se combinait
Ils pouvaient lire à livre ouvert dans leur regard
Rien n'aurait pu les séparer même le brouillard
Une folle danse avait commencé
Plus loin qu'à l'habitude, ils étaient allés
Déconnectés de la réalité
Ils s'étaient unis dans la chair et la sensualité
Ils avaient tournoyé dans les cieux
Ils volaient comme des dieux
La puissance de l'étreinte était si forte
Deux êtres en symbiose que plus rien n'importe
Et quand le cœur de la belle lâcha
Il ne put contenir la folie qui à son tour l'emporta
L'amour qui les avait rapprochés
Les a soudé pour l'éternité
La mort leur a ouvert la voie vers l'étreinte éternelle
Coma définitif pour lui et la belle
MM

08:09 Écrit par M.M. | Lien permanent | Commentaires (11) |  Facebook |